Ana səhifə

Societe culture- sante


Yüklə 118.77 Kb.
səhifə1/3
tarix26.06.2016
ölçüsü118.77 Kb.
  1   2   3

POLITIQUE

- Le Président Joseph Kabila fait la ronde d’inspection des sites concernés par le 14ème Sommet de la Francophonie

- Le Conseil des ministres condamne les exactions des assaillants contre les paisibles populations dans le Nord Kivu
SOCIETE – CULTURE- SANTE

- L’année scolaire 2012-2013 placée sous le signe de la paix pour les écoles conventionnées de la fraternité à Kinshasa

- 106 cas de morsure de chiens dénombrés à Kananga
PROVINCES

- Un député provincial suggère un choix consensuel pour l’élection du gouverneur du Bas-Congo

- Message de paix et d’espérance de la CENCO à la population du Nord-Kivu
ECONOMIE

- Le gouvernement favorable à la « dédollarisation » des transactions monétaires



INTERNATIONAL

- Le gouvernement ivoirien lève la suspension des journaux pro-Gbagbo

- Le dénigrement de la Chine par les USA est une stratégie de campagne électorale
SPORTS

- Mazembe renoue mercredi à Kisangani avec la LINAFOOT contre Makiso



- Inhumation de Sylvestre Mpiana, premier président du TP Englebert Mazembe, à Lubumbashi



Le Président Joseph Kabila fait la ronde d’inspection des sites concernés par le 14ème Sommet de la Francophonie
Kinshasa, 19/09 (ACP).- Le Président Joseph Kabila Kabange a effectué, lundi, pendant environ 7 heures, une ronde des sites qui vont accueillir à Kinshasa les différentes personnalités et invités au 14ème Sommet de la Francophonie du 12 au 14 octobre prochain. Le Chef de l’Etat, qui avait à ses cotés le Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, des ministres des Affaires étrangères, Coopération internationale et Francophonie, Raymond Tshibanda N'Tungamulongo, des Infrastructures et travaux publics Fridolin Kasweshi et du gouverneur de la ville de Kinshasa André Kimbuta Yango, a visité, tour à tour, le Fleuve Congo Hôtel (FCH), le Palais du peuple, le Stade des martyrs, l’Aéroport international de N’Djili, l’Echangeur de Limete et la Cité de l’Union africaine. Au Fleuve Congo Hôtel, un complexe hôtelier 5 étoiles de 22 étages doté de 240 chambres, le Chef de l’Etat s'est rendu compte de la qualité du travail effectué par les Chinois. Il y a visité les suites présidentielles qui donnent sur le fleuve Congo ainsi que les restaurants - dont le Restaurant bar Panorama - et la salle des conférences ultramoderne d’une capacité de 270 places assises. A l’étape du Palais du peuple, le Président de la République a effectué une visite guidée de la Salle des congrès (3.500 places), de la salle des conférences internationales (1.200 places) et de la salle des banquets (800 places), toutes en pleine réhabilitation, avant de se rendre, à pied, sous les acclamations et l’accompagnement des Kinoises et Kinois, du Palais du peuple au Stade des Martyrs où il a visité successivement le « Village de la Francophonie » en construction, composé de 111 stands réservés aux expositions commerciales et culturelles, et le salon d’honneur présidentiel. A l’aéroport international de N’Djili, porte d’entrée de la République Démocratique du Congo, le Chef de l’Etat s’est rendu compte de l’état d’avancement des travaux de renforcement et d’élargissement de la piste d’atterrissage. Ces travaux ont été réalisés, à ces jours, sur une longueur de 2.800 mètres et une largeur de 60 mètres. Le rythme de l’exécution des travaux est de 100 mètres par jour. Il a également visité la rotonde, la salle de récupération des bagages et la tour de contrôle, avant de se rendre au hangar technique en pleine décongestion de tous les vieux avions. Sur son chemin de retour, le Président Joseph Kabila s'est arrêté a l’Echangeur de Limete où, une fois de plus, il a apprécié le travail réalisé par les entreprises chinoises. Il a, à cette occasion, découvert la vue panoramique de la ville de Kinshasa à partir de la tour de ce site touristique. Le Chef de l'Etat a terminé sa ronde d’inspection à la Cité de l’Union africaine, où des travaux de réfection et de modernisation sont également réalisés, après s'être arrêté à la première rue à Limete pour inspecter l’entrepôt où sont stockés des centaines de véhicules flambant neufs destinés au transport des participants au 14ème Sommet de la Francophonie.
Le Conseil des ministres condamne les exactions des assaillants contre les paisibles populations dans le Nord-Kivu

Kinshasa, 19/09 (ACP).- Les membres du gouvernement réunis, lundi, en réunion ordinaire, sous la présidence du Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, ont condamné les exactions persistantes des assaillants contre les paisibles populations congolaises dans la province du Nord Kivu, dans la compte rendu publié, par M. Lambert Mende Omalanga, ministre des Médias, chargé des relations avec le Parlement et de l’Initiation à la nouvelle citoyenneté, porte-parole du gouvernement. Il a épinglé, à cet effet, le cas de pillage d’un important stock de matériel de construction d’une caserne de la Police nationale congolaise et celui des cargaisons des véhicules de la CICR et de l’ICCN et des passagers dépouillés de leurs biens sur l’axe Mabenga-Busendu, dans le territoire de Rutshuru, par les mutins du M23. S’agissant de la situation sécuritaire sur toute l’étendue du territoire national, le porte-parole du gouvernement a fait savoir qu’il est observé un calme relatif à l’exception de la partie du Nord-Kivu, occupée par les forces négatives. Toutefois, une accalmie règne sur la ligne de front qui sépare les unités des FARDC et les mutins, dans le territoire de Rutshuru. Le gouvernement a été édifié, au cours de sa réunion, sur l’évolution de l’épidémie de l’Ebola dans le district du Haut Uélé. A cet égard, il engage l’ensemble de la population congolaise à suivre strictement les recommandations de prudence et les précautions arrêtées par le ministère de la Santé en vue d’éradiquer rapidement cette épidémie. En outre, le Conseil des ministres a approuvé le relevé des décisions. Il a examiné et. adopté une série de projets des lois et des projets d’ordonnances, au cours de cette réunion ordinaire.
Mobilisation pour une participation active au prochain Sommet de la Francophonie à Kinshasa

Kinshasa, 19/09 (ACP).- Le ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et Affaires coutumières, Richard Muyej Mangez, a mobilisé, mardi, à l’Hôtel Sultani, dans la commune de la Gombe, les présidents nationaux des partis politiques en vue de leur participation active au 14ème Sommet de la Francophonie qui se tiendra, à Kinshasa, du 12 au 14 octobre prochain. Le ministre Muyej s’est dit satisfait, au cours de son intervention, de la disponibilité de la classe politique congolaise pour aborder les questions de l’heure liées à la marche et au devenir de notre nation, « ce qui prouve que vous placez l’intérêt du pays au dessus de toutes vos préoccupations». Pour sa part, le gouvernement de la République s’est investi totalement pour la réussite de ce Sommet. Par ailleurs, la convergence des idéaux à poursuivre par la Francophonie, le gouvernement congolais ou les partis politiques en termes d’objectifs à atteindre pour le développement ou l’expression des libertés et les droits fondamentaux sous toutes leurs formes n’est plus à démontrer. La Francophonie, a-t-il affirmé, demeure un espace où l’on cultive le dialogue, la complémentarité, l’égalité, le droit à la différence et la solidarité entre les humains. Aussi, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), contribue au rapprochement entre les peuples de toutes les races et de tous les continents qui partagent la même langue et les mêmes idéaux. Au sujet des préparatifs, le ministre de l’Intérieur a indiqué que les travaux évoluent normalement et que tout sera fin prêt avant la date du début de ce 14ème Sommet. C’est ainsi qu’il a souligné qu’«au-delà de nos divergences politiques, du reste nécessaires et inhérentes à la vie démocratique, nous avons la capacité de nous transcender chaque fois qu’il s’agira de défendre des intérêts nationaux». M. Stephen Nzita, président national du Parti du peuple pour le progrès du Congo (PPPC), a fait savoir que les leaders politiques congolais ont fait preuve de leur capacité, au cours de cette rencontre, de se dépasser et d’œuvrer au profit des intérêts nationaux.
170 officiers et sous officiers de police en formation sur le droit de l’Enfant
Kinshasa, 19/09 (ACP)- Le ministre des Affaires sociales et Actions humanitaires, Charles Nawej Mundele, a réaffirmé l’engagement du Chef de l’Etat et du gouvernement de renforcer avec les différents partenaires les mécanismes de protection de l’Enfant avec le projet EDF, financé par la Banque Mondiale à hauteur de 10 millions USD, à l’ouverture, mardi à Kinshasa, d’un atelier de formation sur la loi portant protection de l’Enfant, à l’intention  de 170 officiers et sous officiers de la Police nationale congolaise (PNC). Cet atelier de formation, organisé du 18 au 20 septembre courants, vise à vulgariser la loi portant protection de l’Enfant auprès de la police, afin de prévenir des abus dont les enfants sont victimes. Le ministre, qui a salué la tenue de ces assises, a souligné la nécessité de doter, à travers cette formation, la PNC des connaissances et méthodes spécifiques de prise en charge des enfants de la rue. « Un vrai travail doit être fait pour empêcher la délinquance juvénile, le fléau enfant de la rue », a-t-il dit. Les différents partenaires à ces travaux se sont engagés à travailler en synergie pour réduire et éradiquer le phénomène « enfant de la rue» à Kinshasa. Cette  formation est la suite des actions déjà menées par le REEJER (Réseau des éducateurs  des enfants et jeunes de la rue) avec les autres partenaires, en vue de permettre non seulement de vulgariser la loi portant protection de l’Enfant, mais aussi de promouvoir davantage les droits de l’Enfant en RDC. Les travaux sont organisés par l’Unité de gestion des projets de l’Enfant de la rue (EDR) du ministère des Affaires sociales, en collaboration avec le REEJER et le Collectif des ONG internationales de protection des enfants en rupture familiale (COPERF), signale-t-on.

Atelier sur le thème: «10 ans après la Déclaration de Windhoek, quel avenir pour la presse en Afrique centrale»

Kinshasa, 19/09 (ACP).- Un atelier sous-régional s’ouvre, mercredi, à Kinshasa, sur le thème : »10 ans après la Déclaration de Windhoek, quel avenir pour la presse en Afrique centrale». Cet atelier organisé par l’Union des syndicats des professionnels de la presse d’Afrique centrale (USYPAC), réunit du 18 au 20 septembre 2012, les délégués venus du Congo Brazzaville, du Gabon, du Cameroun, du Tchad, de la RCA et de la RDC. Plusieurs interventions sont prévues au programme notamment sur la sécurité des journalistes en Afrique centrale, les conventions collectives, la gestion des médias francophones d’Afrique centrale face à la crise financière et sur l’agenda de l’USYPAC (2012-2015).
Jean Claude Vuemba pour le renforcement des capacités économiques du Bas-Congo

Kinshasa, 19/09 (ACP).- Le candidat gouverneur de la province du Bas-Congo et député national, Jean Claude Vuemba a déclaré, mardi, à l’ACP, à Kinshasa, qu’il va lancer tout son dévolu sur le renforcement de l’économie de cette province qui se situe parmi les trois provinces riches de la RDC, mais dont la population est pauvre. Le lancement du port en eau profonde à Banana est l’une de ses grandes priorités s’il est élu gouverneur le 28 octobre prochain.-Il justifie ce choix par le fait que la voie de Pointe Noire, au Congo Brazzaville, va condamner la province à la disparaître et l’abandon de la nationale n°1, entraînant la baisse de régime de toutes les entreprises et sociétés industrielles installées dans la province. Ce port, selon lui, va créer plus de 25000 dans le Bas-Congo et plus 30.000 à travers toute la RDC. A ce propos, il a lancé un appel à tous les partenaires de la RDC à se mobiliser pour la construction de ce port en eau profonde dont la finalité est d’accroître les activités des ports de Boma et de Matadi et rentabiliser la voie ferrée Banana-Kinshasa. Jean Claude Vuemba s’inscrit en faux contre ses détracteurs qui veulent l’opposer aux sociétés pétrolières installées dans le Bas-Congo. «Je n’ai rien contre toutes ces sociétés pétrolières à qui je demande tout simplement de recycler les déchets provenant de l’exploitation pétrolière en vue de préserver l’écosystème de la ville Muanda», a-t-il dit, soulignant qu’il aura besoin de toutes ces sociétés pour le financement et l’entretien des routes de desserte agricole qui constituent sa deuxième priorité. Il a salué l’exemple du Premier ministre Matata Ponyo qui, lors de sa dernière visite dans une partie de la province, a demandé à toutes les cimenteries installées dans cette juridiction à acheter les emballages à l’usine de fabrication des sachets également installée dans la province en vue de sauver celle-ci de la faillite. Dans cette première partie de son programme économique, Jean Claude Vuemba n’a pas oublié l’Office congolais de contrôle (OCC), pour lequel il plaide pour qu’il soit doté de tous les moyens pour que le Bas-Congo cesse d’être un dépotoir des produits avariés. Au sujet des remous enregistrés au sein des Forces acquises au changement (FAC), tout en excluant sa responsabilité dans tout ce qui est arrivé dans la destruction du siège de cette plate forme politique, il déclaré avoir signé les nouveaux statuts qui commuent cette structure de l’opposition en une coordination politique, étant donné que les FAC étaient crées dans le contexte électoral. Son existence en tant que telle ne se justifie plus.
Un nouveau président à la tête du PARECO/PAP

Kinshasa, 19/09 (ACP).- Le nouveau président national de la Coalition des résistants patriotes congolais/Parti du peuple (PARECO/PAP), Mujogo Kanyamuhanda Viateur, séjourne à Kinshasa, où il est venu accréditer.la reconnaissance de son élection, le 12 février dernier, par le bureau politique de ce parti, au ministère de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et Affaires coutumières. Le bureau politique du PARECO/PAP, dont le siège se trouve à Goma, a décidé de remplacer l’ancien président national, Christophe Mbula Malamu, à qui l’on reproche l’incompétence, la mégestion et l’insuffisance des résultats obtenus, lors des dernières législatives. Son mandat a été caractérisé par un vide crucial sur le plan communicationnel et diplomatique, souligne-t-on de même source. Le nouveau président, a profité de l’occasion pour présenter quelques actions déjà amorcées depuis qu’il est à la tête de ce parti politique, notamment la restructuration du bureau politique et l’équipement du siège en matériel informatique. Il compte, sous son mandat, mener des actions de sensibilisation de la population à l’existence du PARECO/PAP, jadis mouvement politico-militaire, devenu parti politique depuis le 17 mars 2010. Il a rassuré qu’il va d’abord installer un bureau de liaison à Kinshasa et progressivement dans toutes les provinces du pays à l’occasion d’une tournée qu’il compte effectuer à l’intérieur du pays. Il procédera aussi à la remise aux responsables d’un manuel de procédure administrative et financière pour plus de transparence et de traçabilité des ressources du parti.
L’OMEC préoccupé par les mesures de suspension et de fermeture des médias

Kinshasa, 19/09 (ACP).- L’Observatoire des médias congolais (OMEC), se dit «préoccupé » par les mesures de suspension et de fermeture qui frappent actuellement plusieurs médias écrits et audiovisuels et souhaite qu’une nette distinction soit faite entre les « péchés des acteurs politiques» et les «délits de presse». L’instance d’autorégulation de médias attire, dans un communiqué remis, mardi, à l’ACP, l’attention des décideurs sur «les victimes collatérales» de ce type de sanctions, estimant que lorsqu’un journal cesse de paraître, qu’une radio ou une télévision cesse d’émettre, ce sont des dizaines ou des centaines de journalistes qu’on prive de leur emploi d’une part, et des millions de lecteurs, d’auditeurs et de téléspectateurs de leur droit à l’information, d’autre part. L’OMEC plaide ainsi pour la protection des emplois des professionnels des médias et de leurs auxiliaires ainsi que pour le droit du public à l’information plurielle, dès lors qu’un journal, une radio ou une télévision n’a pas commis de dérives de nature à troubler l’ordre public ou contraires à l’éthique et à la déontologie professionnelle.

Les organisations féminines du Nord-Kivu s’opposent au dialogue entre le gouvernement congolais et le M23

Goma, 19/09 (ACP).- Les femmes du Nord-Kivu, regroupées au sein d’une vingtaine d’organisations féminines, s’opposent aux négociations éventuelles entre le gouvernement congolais et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) dans une lettre ouverte adressée lundi au président en exercice de la Conférence internationale pour la région des grands lacs (CIRGL). Ces femmes, qui dénoncent ce qu’elles appellent «la banalisation de l’agression de la RDC par le Rwanda», estiment que la CIRGL devrait plutôt condamner fermement le Rwanda pour son appui manifeste au M23. Selon la présidente du collectif des associations féminines pour le développement, Gogo Kavira, citée par une source onusienne, «les femmes dénoncent la voie que poursuit la CIRGL, celle d’amener le gouvernement congolais à négocier avec le M23. Elles disent non à ces négociations parce que celles-ci ne vont que continuer à affaiblir les institutions démocratiquement mises en place en RDC.» Les signataires de cette correspondance estiment, par ailleurs, que ce genre des négociations est de nature à conforter les auteurs des crimes et souhaitent que la CIRGL puisse emboiter le pas de la SADC qui a condamné, sans ambages, le Rwanda pour cette énième agression de la RDC.
Les organisations humanitaires appelées à collaborer à l’effort de désengorgement de la prison de Bunia

Bunia, 19/09 (ACP).- Les organisations humanitaires actives en Ituri, dans la Province Orientale, ont été invitées à collaborer à l’effort de désengorgement de la prison centrale de Bunia, a-t-on appris mardi de source proche du bureau du district de l’Ituri. Selon la source, le commissaire du district, Freddy Bosombo Ileo Likila, a expliqué à ses interlocuteurs les dangers découlant d’un surpeuplement de cette prison dont la vétusté des bâtiments est, par ailleurs, une autre équation à résoudre. L’appel de l’autorité du district, indique-t-on, est consécutif aux douze cas de décès enregistrés dans cet établissement pénitentiaire au cours des mois d’août et septembre courants, le dernier en date étant celui d’un combattant mai mai, nommé Safisha Mabaya, capturé dernièrement en territoire de Mambasa. Le commissaire de district a souhaité que les condamnés soient désormais transférés dans d’autres prisons de la province Orientale. Construite pour recevoir 202 détenus, la prison de Bunia en compte aujourd’hui 1.040 qui vivent dans des conditions déplorables du fait de la promiscuité.

Mission de travail de la ministre du Genre à Boma et à Moanda

Boma, 19/09  (ACP).- La ministre du Genre, de la Famille et de l’Enfant, Géneviève Inagosi, a palpé du doigt le fonctionnement des structures dépendant de son ministère, au cours d’une mission éclair de travail effectuée vendredi à Boma et à la cité côtière de Muanda, dans la Province du Bas-Congo.  Dans la salle des réunions de la mairie de Boma où elle a réuni les femmes de différentes associations féminines, en présence du maire, Marie-Josée Niongo Nsuami, la ministre du Genre a indiqué  que le but de sa mission était de s’imprégner des activités économiques des femmes, de les encourager à lutter contre la pauvreté afin d’être autonomes et de vérifier la prise en charge locale des cas de violences.






L’année scolaire 2012-2013 placée sous le signe de la paix pour les écoles conventionnées de la fraternité à Kinshasa

Kinshasa, 19/09 (ACP).- La coordination provinciale des écoles conventionnées de la Fraternité/Kinshasa, une ASBL congolaise, place le fonctionnement de ses écoles pour l’année scolaire 2012-2013 sous le signe de la paix, a déclaré mardi à l’ACP  son coordinateur, Samuel Mbemba, qui a évoqué la nécessité de promouvoir la culture de la paix dans le pays pour garantir le bon fonctionnement de toute œuvre humaine. A ce sujet, il a recommandé « une gestion transparente » aux chefs d’établissements scolaires de son ressort, soulignant que le président du comité scolaire des parents est directement impliqué dans la gestion de l’école. M. Mbemba a annoncé à cette occasion la suspension de tout mouvement du personnel en ce début d’année scolaire afin de préserver la paix sociale, hormis la permutation des agents faisant l’objet de quelques griefs lourds. Satisfait de l’application correcte de ses directives, dans toutes les écoles sous sa gestion, notamment la gratuité des inscriptions, l’affichage des listes des élèves inscrits avant la rentrée scolaire 2012-2013, le coordinateur a recommandé aussi à tous les gestionnaires de maintenir cet élan tout au long de l’année scolaire. Par ailleurs, M. Mbemba a déploré le faible taux de fréquentation des filles dans les écoles conventionnées de la Fraternité de Kinshasa. La coordination provinciale, pour l’année scolaire dernière, a fonctionné avec 17 écoles primaires, 8 secondaires et une maternelle pour 9.481 élèves encadrés par 349 enseignants, 109 agents administratifs et 67 ouvriers, renseigne-t-on.
La francophonie n’est ni un instrument de la France-Afrique ni de légitimation d’un pouvoir, selon la « LICOPA »

Kinshasa, 19/09 (ACP).- La Francophonie n’est ni un instrument de la France-Afrique ni de la légitimation du pouvoir politique d’un pays membre de cette organisation internationale, a estimé lundi M. Jean Paul Kassanga Pene Disashi, député honoraire et président de la Ligue congolaise pour la paix et l’amitié entre les peuples (LICOPA). « Chaque pays membre de la Francophonie est souverain et libre de choisir ses dirigeants au travers des urnes », a déclaré M. Kassanga devant des jeunes de 18 à 25 ans réunis dans la commune de Ngiri-Ngiri à Kinshasa, en prévision de la tenue dans la capitale congolaise du 14ème Sommet de la Francophonie. Il a rappelé qu’en 2011, le peuple congolais avait élu démocratiquement le Président Joseph Kabila en qualité de Chef de l’Etat de la RDC sur base des urnes, précisant que ces élections n’ont pas été une affaire de la Francophonie mais plutôt des Congolais. M. Kassanga a demandé aux jeunes de réserver un accueil chaleureux aux délégués à ce sommet. En dehors des échanges culturels, a-t-il poursuivi, le sommet s’occupe également des questions liées au développement, à la coopération entre les membres, à l’éducation, à la promotion des droits de l’homme et de la démocratie ainsi qu’à la protection de l’environnement. Le président de la LICOPA qui a invité ses membres à la restitution de ce message auprès de la base, a rappelé que la RDC est le plus grand pays membre de la Francophonie de par sa superficie et sa population ayant le français comme langue officielle.

L’Union Européenne informée du projet de création d’une école de musique classique à Kinshasa

Kinshasa, 19/09 (ACP).- Les ambassadeurs des pays membres de l’Union Européenne à Kinshasa ont été informés du projet de création d’une école de musique classique dans la capitale par l’Orchestre symphonique Kimbanguiste (OSK), au cours d’une réception organisée lundi en leur honneur au siège de ce groupe musical, dans la commune de Ngiri-Ngiri à Kinshasa. Le directeur des relations publiques de cet orchestre, Edouard Bena Nsilu a sollicité, à cette occasion, l’appui de ces chancelleries pour la réalisation du projet de mise en place d’un conservatoire, le premier du genre en RDC. Il a salué l’implication de certaines ambassades dont celles de la Belgique, de la France et de l’Allemagne pour la formation des musiciens de l’OSK tant sur place qu’à l’étranger. M. Bena Nsilu a, par ailleurs, évoqué la contribution de l’Allemagne à la réalisation du documentaire « Kinshasa Symphony » qui a gagné plusieurs prix à travers le monde et pour lequel le maestro de l’OSK, Armand Diangienda Wabasolele, prononcera le 21 septembre 2012 un discours à l’université de Harvard à Boston aux Etats-Unis d’Amérique. A cet effet, le pasteur Bena a demandé aux diplomates européens de faciliter aux musiciens de son groupe l’octroi des visas en prévision de leur prochaine tournée euro-américaine. L’ambassadeur d’Allemagne en RDC, M. Peter Blomeyer, également chef de la délégation et initiateur de la rencontre, a plaidé auprès de ses collègues pour le soutien de l’OSK dont il a retracé l’historique. Il a félicité les musiciens de leur volonté de produire une musique de qualité en dépit du manque d’infrastructures adéquates. Mme Sabine Blomeyer, l’épouse de l’ambassadeur d’Allemagne en RDC, anime depuis 2010 un programme de formation des juniors de l’OSK sur le maniement des instruments musicaux.
  1   2   3


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©atelim.com 2016
rəhbərliyinə müraciət