Ana səhifə

Principes sur la liberté du commerce des grains


Yüklə 1.07 Mb.
səhifə2/14
tarix25.06.2016
ölçüsü1.07 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14




    1. QUESNAY CHIRURGIEN




I. Travaux antérieurs sur Quesnay. — II. Ses origines et sa jeunesse. — III. Quesnay, chirurgien à Mantes. — IV. La Communauté de Saint-Côme et la Faculté de médecine. — V. L’Académie de Chirurgie. — VI. Quesnay contre la Faculté. — VII. Quesnay reçu médecin.


      1. I.
        Travaux antérieurs sur Quesnay.

Il y a une quinzaine d’années nous avons essayé dans un volume : Du Pont de Nemours et l’École Physiocratique, de tracer l’histoire des Physiocrates et de montrer l’influence qu’ils ont exercée sur le XVIIIe siècle et sur le XIXe. En prenant pour cadre la vie de Du Pont de Nemours, le plus jeune d’entre eux, le seul qui ait été mêlé aux événements de la Révolution, nous avons pu suivre la marche de leur École depuis l’époque de ses succès jusqu’à son déclin ; mais nous n’avons dit de ses origines que ce qui était indispensable à notre exposé.

Depuis lors, un nombre considérable de publications ont paru sur les Physiocrates en France et hors de France. Nous avons nous-même, on nous pardonnera de le signaler, abordé plus complètement que nous ne l’avions fait l’étude des origines de la Physiocratie dans diverses études et en particulier dans un volume : Vincent de Gournay.

Nous nous occupons maintenant de Quesnay. La connaissance de sa vie et de ses travaux est fertile en enseignements de tout genre.

D’abord chirurgien, il a soutenu contre la Faculté de médecine une lutte qui forme un des chapitres les plus curieux de l’histoire des monopoles professionnels.

Devenu brusquement médecin, attaché à la personne de Mme de Pompadour et à celle du roi, il se mit à plus de soixante ans à vouloir résoudre les questions sociales les plus ardues, et à Versailles, dans le palais de Louis XV, il entreprit de détruire les méthodes gouvernementales en usage. Il remua alors une foule d’idées, et trouva aussitôt un nombre considérable « d’athlètes » pour l’aider dans son œuvre.

Comme défenseur de la Corporation des chirurgiens et comme écrivain médical, il aurait déjà une place honorable dans l’histoire des idées. Comme économiste et comme philosophe social, il en a une, très importante ; on peut le classer parmi les grands penseurs de tous les temps.

Jusqu’à ces dernières années, on savait peu de choses sur sa famille, sur sa jeunesse, sur son extrême vieillesse.

Sa vie n’était guère connue que par trois Éloges 1 écrits en 1775, quelques mois après sa mort. Or il suffit de comparer entre eux ces trois Éloges pour constater qu’ils renferment aux mêmes endroits des lacunes ou des invraisemblances. Il est visible qu’ils ont été rédigés d’après une note unique fournie par la famille du défunt et que, dans cette note, certains faits ont été embellis ; certains autres volontairement laissés dans l’ombre.

Ainsi, la présence de Quesnay chez Mme de Pompadour pendant quinze ans est dissimulée par les panégyristes ; la lutte très vive qu’il a soutenue au nom des chirurgiens contre la Faculté de médecine, pendant un laps de temps aussi grand, est à peine signalée par eux.

Depuis que l’attention des érudits s’est portée sur les Physiocrates, des trouvailles curieuses ont été faites en ce qui concerne Quesnay, dans les localités qu’il habitées à Méré, à Mantes, à Versailles, à Paris, par plusieurs membres de la Société archéologique de Rambouillet et par plusieurs archivistes. 2 L’éditeur de ses Œuvres économiques et philosophiques, M. Oncken s’en est déjà emparé pour écrire une biographie qu’il a dû successivement compléter et rectifier. 3 Un des chercheurs, M. Lorin a, de son côté, groupé les résultats des découvertes opérées par lui et par d’autres dans un travail fortement documenté. 4 Il a eu entre les mains la note remise aux auteurs des Éloges écrits en 1775. Le rapprochement d’un passage de l’un d’eux 5 et d’un passage de la note ne peut laisser de doutes ; elle est de Hévin, gendre de Quesnay, et dès lors s’expliquent les dissimulations et les embellissements des panégyristes.

Quesnay est mort au début du règne de Louis XVI ; Hévin, chirurgien de Madame, comtesse de Provence, restait attaché à la nouvelle cour. Il ne devait pas être désireux de rappeler que son beau-père avait été longtemps attaché la personne de la favorite. Entouré de médecins qui, probablement, avaient jalousé Quesnay, il ne devait pas tenir non plus à trop insister publiquement sur la lutte que ce dernier avait soutenue contre la Faculté et à laquelle il avait pris lui-même une certaine part en qualité de secrétaire du docteur. Obéissant peut-être enfin à une préoccupation qui n’est pas rare chez les héritiers d’un homme parti de rien et devenu célèbre, il a tu l’origine toute paysanne de Quesnay et y a substitué une origine bourgeoise.

Les mémoires de Mme du Hausset et d’autres documents ont depuis longtemps permis de combler les lacunes des Éloges quant au séjour de Quesnay chez Mme de Pompadour. Les trouvailles récentes ont renseigné exactement sur la famille de l’économiste. Certains côtés de sa vie ne sont pas toutefois encore bien connus. Personne n’a donné jusqu’ici d’indications précises sur son rôle dans la lutte des chirurgiens contre la Faculté de médecine. Personne n’a fourni de renseignements exacts sur le Tableau économique, cette œuvre bizarre dont les disciples du maître ont fait une invention comparable à celles de l’écriture et de la monnaie.

Enfin, la paternité de doctrines attribuées à Quesnay a été contestée. Depuis que le protectionnisme a gagné les politiciens, il s’est introduit dans les chaires ; on a entendu prouver que le premier économiste français n’était pas même partisan de la doctrine du libre-échange, dont il était considéré jusque-là comme l’un des fondateurs.

Ces points et d’autres encore devaient être éclaircis.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©atelim.com 2016
rəhbərliyinə müraciət