Ana səhifə

Personnages


Yüklə 23.16 Kb.
tarix25.06.2016
ölçüsü23.16 Kb.
Déposé à la SACD

L'ENFANT PRODIGUE
par Michel Fustier

(toutes les pièces de M.F. sur : http://theatre.enfant.free.fr )

PERSONNAGES:

Jésus de Nazareth. Pierre, un de ses disciples.

Madeleine, une de leurs amies, chez qui ils logent.

Jacques, le frère de Jésus.


L'HISTORIEN DE SERVICE - La scène se passe en Palestine au temps de Jésus. On raconte en ville l'histoire cruelle des démêlés d'un père avec son fils qui s'est révolté contre lui. Jésus en profite pour expliquer la façon dont il souhaiterait que, dans un monde plus miséricordieux, les choses se passent et il transforme le fait divers en "parabole". La parabole est, sur le plan religieux, l'équivalent de la fable, une sorte de leçon exemplaire. La scène représente la maison de Madeleine, une amie de Jésus...


- 1 –

JESUS - Alors, Pierre et Jacques, avez-vous trouvé ce que vous vouliez ?

PIERRE - Oui, Jésus. Nous avons rapporté de la farine, de la très bonne, de l'huile d'olive, des fèves. Un peu de viande aussi, de l'agneau.

MADELEINE - Et la toile que je vous avais demandée? Pour réparer vos tuniques...

JACQUES - Ah, pour ça, non, Madeleine, nous n'avons rien trouvé.

MADELEINE - Vous êtes des bons à rien: chaque fois que je vous demande quelque chose...

JESUS - Allons, Madeleine, nos tuniques peuvent encore tenir le coup longtemps. Et que se passe-t-il en ville?

JACQUES - Oh, on discute beaucoup...

MADELEINE - Ah oui! À propos de quoi?

JACQUES - Une histoire entre le vieil Isaac et son fils... Enfin, celui qui était son fils.

JESUS - Comment: qui était? Il ne l'est plus?

PIERRE - C'est bien là le problème: les avis sont partagés.

JESUS - Racontez-moi ça.
- 2 –

PIERRE - C'est une histoire de famille. Tu sais que le vieil Isaac est un homme très riche. Il habite la grosse maison, après la synagogue. Il a des troupeaux de brebis, des champs, des vignes, des serviteurs... Et il possède aussi pas mal de maisons en ville.

JACQUES - Oui, il est vraiment très riche, et il a aussi deux fils, qui sont grands. Et il les fait travailler dans ses champs comme des esclaves. C'est un vieil avare... Enfin, c'est ce que disent les gens!

PIERRE - Et ceci, bien que le premier des fils soit marié et ait lui-même des enfants...

JACQUES - Mais le cadet, lui, n'est pas encore marié et il est tout bouillant de jeunesse. Et un jour, il en a eu assez de la vie que son père lui faisait mener, sans même lui payer son salaire, et il est parti.

PIERRE - Tu oublies de dire qu'avant de partir, il a volé à son père une bonne quantité de pièces d'or pour le voyage!

JACQUES - J'en aurais bien fait autant! Son père le lui devait bien.

MADELEINE - Et alors: qu'est-ce qui est arrivé?

JACQUES - C'était vraiment un tout jeune homme, il avait envie de s'amuser, de danser, de jouir de la vie. Il est allé à Césarée...

MADELEINE - Ah, je comprends. Dans ces ports de mer, on trouve de tout, à cause des marins et des soldats romains qui veulent s'amuser: des boîtes, des filles, de la drogue.

JACQUES - C'est bien ça qu'il cherchait. Bon! À ce régime-là, son argent n'a pas fait long feu. Ensuite, il n'avait plus rien, il n'a pas pu trouver de travail, et il est tombé dans la misère. La nuit, il dormait dans les fossés des routes, le jour, il essayait de mendier...

PIERRE - Et en plus, si je comprends bien, il avait attrapé des maladies...

MADELEINE - Ces jeunes, ils ne savent pas prendre de précautions!

JACQUES - Alors il s'est dit: "Je vais rentrer à la maison: mon père me pardonnera peut-être." Et, tout maigre et tout pâle, avec juste un petit chiffon autour des reins, il est revenu et il s'est assis à la porte de son père. Mais son père n'a pas voulu le recevoir...

PIERRE - Le fils est bien resté à la porte pendant dix jours, au vent, au soleil et à la pluie.

JACQUES - Et les serviteurs de son père et ses amis entraient et sortaient, son frère aussi, et sa belle-sœur: mais personne ne le regardait. C'était la consigne.

PIERRE - D'autant plus que le rabbin s'en était mêlé, intransigeant, comme toujours!

JACQUES - À la fin, de froid et de faim, il s'est évanoui et on l'a transporté chez Marthe, la guérisseuse. Il est mourant. Mais le Père ne veut rien savoir: il ne lui pardonne pas. Et têtu comme il est... Tu nous écoutes, Jésus?




  • 3 –

(la parabole de l'enfant prodigue)

JÉSUS - Oui, je vous écoute. Mais je pense aussi au Royaume... Quand le Royaume de Dieu sera arrivé, les choses ne se passeront pas comme ça... Je vais vous raconter comment cela se passera. Écoutez: Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père: "Père, je veux partir, j'ai besoin d'argent…"

MADELEINE - C'est tout à fait comme dans la réalité!

JÉSUS - Oui, cela commence de la même façon.

PIERRE - Et lui aussi, dans ton histoire, il va à Césarée et il perd tout son argent avec des prostituées ?

JÉSUS - Oui, sauf que je ne suis pas sûr que ce soit à Césarée... Peut-être ailleurs…

PIERRE - Je vois: tu ne veux pas avoir d'ennuis avec les Romains?

JÉSUS – Le penses-tu vraiment? En tout cas, le malheureux fils en est bientôt réduit à garder les cochons et à leur disputer leur nourriture.

MADELEINE - Garder des cochons, c'est bien le dernier des métiers. Et alors?

JÉSUS - Eh bien, comme dans votre histoire à vous, il se dit que même les ouvriers de son père sont plus heureux que lui et, bien qu'il ait terriblement peur de ce qui se passera, il revient...

MADELEINE - Et alors?

JÉSUS - Et alors son père l'aperçoit de loin et court se jeter dans ses bras et l'embrasse très tendrement. "Père, dit le fils, j'ai mal agi... " Et le père: "De quoi parles-tu ? Quelle joie de te voir de retour. Vite, mes serviteurs, apportez mon plus beau vêtement pour mon fils, et dressez la table avec la plus belle des nappes, et allez chercher le plus gras de nos veaux pour faire un grand festin: car mon fils était mort et il est vivant; il était perdu et je l'ai retrouvé."

MADELEINE - Ça alors, un père pareil, c'est nouveau!

PIERRE - Et c'est vrai, dis, Jésus, ton histoire à toi?

JACQUES - Non, il l'a inventée: ça n'est pas possible, c'est trop beau.

PIERRE - Il ne le châtie pas, son père? Quelques bons coups de bâton...! Moi, je sais bien que...

JÉSUS - Non, il ne le châtie pas: il l'aime trop. C'est son fils dernier-né. Il n'y a pas si longtemps, c'était un petit enfant qui jouait dans ses jambes et il le prenait dans ses bras, et il l'embrassait, et il frottait sa barbe contre lui...

PIERRE - Mais c'est un vieil avare!

JÉSUS - Qui a dit que c'était un vieil avare? Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés, ne le savez-vous pas? Quant à savoir si mon histoire est vraie: oui, elle est vraie, mais elle n'est peut-être pas encore arrivée.

JACQUES - Et elle arrivera bientôt?

JÉSUS - Oui, dès que vous aurez changé vos cœurs.

MADELEINE - Et je voudrais bien savoir ce qu'a dit le fils aîné?

JÉSUS - Eh bien, justement, il rentrait des champs, couvert de poussière, bien fatigué par sa journée de travail. Et il voit que l'on tue le veau gras pour son frère...

MADELEINE - Je sais ce qu'il dit à son père: "Et moi, alors? J'ai toujours durement travaillé pour toi et jamais tu ne m'as même offert de quoi payer une fête à mes amis, avec une bonne table et un petit orchestre pour danser... "



JÉSUS - Oui, Madeleine, c'est bien ça qu'il dit. Et on ne peut pas lui en vouloir d'être un peu jaloux. Mais le père est tout étonné: "Toi, je ne t'ai jamais perdu, tu as toujours été avec moi... Mais ton frère, je l'avais perdu et nous l'avons retrouvé. Il était mort et il est de nouveau vivant. Réjouis-toi avec nous."
----------------


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©atelim.com 2016
rəhbərliyinə müraciət