Ana səhifə

Avec le texte latin en regard p. Louis gladu, O. M. I. Petrus papa II


Yüklə 2.52 Mb.
səhifə1/29
tarix25.06.2016
ölçüsü2.52 Mb.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29



LES HYMNES DU BRÉVIAIRE

TRADUITES EN FRANÇAIS

AVEC LE TEXTE LATIN EN REGARD
P. LOUIS GLADU, O.M.I.

PETRUS PAPA II


1913-2015

Éditions Notre-Dame Auxiliatrice


Titre complet de l’édition reproduite : P. Louis Gladu, o.m.i., Les hymnes du Bréviaire traduites en français avec le texte latin en regard, seconde édition revue, corrigée, disposée suivant l’ordre du Nouveau Bréviaire, Québec, Typ. Laflamme & Proulx, 1913. / Permis d’imprimer : Chas Cahill, O. M. I., Provincial. / Nil obstat : Lionellus Lindsay, pter, Censor delegatus. / Imprimatur. : Ludovicus-Nazarius, Archiep. Quebecen., Quebeci, 8a Maii, 1913.





Année de Notre-Seigneur Jésus-Christ 2016

Éditions Notre-Dame Auxiliatrice,

Maison d’édition du Pape Petrus II

fondée Nicǽæ-ad-Varum, le Samedi Saint 23 avril 2011,

Adresse : chez M. Xavier Hasdenteufel

17 place du général Espagne, Bât. C, 2e étage

23200 Aubusson, France.

courriel@petruspapa2.org

www.petruspapa2.org

Si vous voulez entrer en relation avec nous, nous invitons à venir chez nous. La porte de notre domicile n’est jamais fermée à clé afin d’offrir un refuge aux hommes de bonne volonté.


TABLE DES CHAPITRES

PREMIÈRE PARTIE —
ORDINAIRE DE L’OFFICE DIVIN 9


DEUXIÈME PARTIE —
PROPRE DU TEMPS 86


TROISIÈME PARTIE —
PROPRE DES SAINTS 113


QUATRIÈME PARTIE —
COMMUN DES SAINTS 237


INDEX DES HYMNES 275


Avertissement de la présente édition


Les traductions du P. Louis Gladu sont en italique, les nôtres sont en caractères droits. Souvent notre traduction est très succincte et compte sur la traduction explicative du Père Gladu pour être comprise par les lecteurs. La traduction du Père Gladu explique le sens du texte et la nôtre explique la construction grammaticale de ce même texte. Le but de notre traduction est donc de proposer une aide à la lecture du texte original, non seule mais en complément de celle apportée par le texte du Père Gladu.

Le Père Gladu n’avait publié et traduit que les hymnes du Bréviaire romain. Très souvent les hymnes du Bréviaire monastique différent de celles du Bréviaire romain, soit par un ou quelques mots, soit dans leur plus grande part. Tantôt nous mentionnons les différences, tantôt nous reproduisons entièrement le texte du Bréviaire monastique avec les traductions correspondantes. Ce travail est en cours.

Les notes du Père Gladu sont à la fin du texte de l’hymne, les notes en bas de page.

Nous n’avons pas conservé dans la présente édition les hymnes de la 5e partie « Offices propres à quelques lieux » qui ne se trouvent plus dans le bréviaire édité par le Saint Pape Pie XII.

Ce recueil contient une hymne abominable, Tu natale solum (fête de Sainte Martine), qui n’a jamais appartenue à la Sainte Église immaculée mais appartenait à la société terrestre fondée par Notre-Seigneur Jésus-Christ qui lui est attachée et connait les changements, les heurs et malheurs des sociétés terrestres. Elle est à bannir pour toujours de la liturgie terrestre et céleste. Pour plus d’explications, voyez les lettres encycliques Le procès de l’inquisition, 7 décembre 2014. et Quid est Ecclésia, 11 décembre 2014.

PETRUS PAPA II



* * *

Lettres d’approbation de la première édition


LETTRE DE SON EXCELLENCE Mgr (aujourd’hui SON ÉMINENCE LE CARDINAL) DIOMÈDE FALCONIO

UNIVERSITÉ D’OTTAWA

Ottawa, Canada, 26 décembre, 1899.

Révérend Père,

J’accepte bien volontiers la dédicace de votre traduction des Hymnes du Bréviaire romain. Je l’accepte même avec un sensible plaisir, non seulement à cause de la valeur de l’ouvrage, mais encore parce qu’il me vient de l’un de ces Pères Oblats de Marie Immaculée, dont, plus que jamais, les mérites me sont connus, depuis que je demeure dans cette Université.

Révérend Père, votre traduction ne pourra qu’être agréable à tous, et elle sera très utile, spécialement à ceux qui ne connaissent pas la langue latine, et qui par suite, ne peuvent apprécier la doctrine profonde et les pensées sublimes contenues dans ces merveilleux cantiques de notre sainte liturgie. C’est pourquoi votre œuvre se recommande d’elle-même et j’ai le ferme espoir qu’elle rencontrera la faveur du public.

Mais, mon Révérend Père, vous méritez des louanges toutes particulières, vous qui, au milieu des soucis d’une vie laborieuse, avez su trouver le temps de traduire les hymnes sacrées en français dans cette langue si belle et si délicate, afin de porter à la connaissance de tous les splendeurs de nos saints cantiques. Votre œuvre a été une œuvre d’amour. Que Dieu lui-même veuille bien vous donner la récompense due à un tel travail.

Mon Révérend Père, je vous prie de me croire, Votre tout dévoué en N. S.,

D. Falconio, Arch. de Larisse,

Délégué Apostolique.

Au B. P. Louis Gladu, O. M. I.

-------

LETTRE DE Mgr L’ARCHEVÊQUE DE MONTRÉAL

ARCHEVÊCHÉ DE MONTRÉAL

Le 11 septembre, 1899.

R. P. Gladu, O. M. I. Mon Révérend Père,

J’ai fait examiner votre traduction française des hymnes du Bréviaire romain, et sur le rapport favorable qui m’en a été remis, j’approuve avec plaisir ce travail et j’en autorise l’impression.

C’est une œuvre bien louable que vous avez entreprise et menée à bonne fin. Elle ne pourra qu’édifier les fidèles, en nourrissant leur dévotion; et le clergé lui-même éprouvera une pieuse satisfaction, en relisant au besoin, dans la langue vulgaire, les prières et les louanges que l’Église lui met chaque jour sur les lèvres.

Agréez, mon Révérend Père, l’assurance de mes sentiments les plus dévoués en Notre-Seigneur.

Paul, Arch. de Montréal.

-------

Lettres d’approbation de la deuxième édition


LETTRE De Mgr L’ARCHEVÊQUE DE SAINT-BONIFACE

ARCHEVÊCHÉ DE SAINT-BONIFACE

Saint-Boniface, 17 avril 1913.

Au Révérend Père L. Gladu, O. M. I.,

Rédacteur de L’Ami du Foyer, Juniorat des Oblats,

Saint-Boniface.

Mon cher Père Gladu,

Vous avez fait une œuvre utile en traduisant les hymnes du bréviaire romain pour la seconde fois. Rien de beau et de propre à nourrir l’âme de saintes pensées, à faire battre le cœur à l’unisson du Sacré Cœur de Jésus, comme l’étude des paroles de l’Église dans les offices liturgiques.

Ces hymnes traduites avec exactitude; et souvent avec art, peuvent être le sujet fécond et facile des méditations du clergé, des communautés religieuses et même des simples fidèles désireux de vivre de la vie de l’Église.

Je vous félicite donc de votre beau travail et je le recommande hautement à toutes les personnes pieuses.

Je vous bénis, mou cher Père, et je vous souhaite de continuer encore longtemps votre belle œuvre de L’Ami du Foyer.

Adélard, O. M. I., Arch. de Saint-Boniface.



------

LETTRE De Mgr L’ARCHEVÊQUE DE QUÉBEC

Archevêché de Québec, le 9 mai 1913.

Révérend Père Louis Gladu, O. M. I., Mon Révérend Père,

Je constate avec plaisir que votre traduction française des Hymnes du Bréviaire va être publiée de nouveau. Je vous félicite. Cette réédition est une preuve non équivoque de la valeur de votre livre, qui d’ailleurs avait mérité, dès le début, les approbations les plus honorables. Je suis heureux de pouvoir, à mon tour, bénir votre œuvre et lui souhaiter plein succès.

La réforme du bréviaire a suscité de la part des savants liturgistes et commentateurs des textes sacrés une littérature destinée à rendre plus intelligente, et partant plus fervente, la récitation de l’office divin. L’érudit abbé Lesêtre publiait récemment le Psautier traduit de l’hébreu. Votre nouvelle édition des hymnes traduites du latin, avec texte en regard, vient à propos compléter ce travail de pieuse vulgarisation des leçons de sagesse et de sainteté contenues dans ce manuel divin.

Nul doute que la lecture de ces strophes ferventes ne prépare admirablement le prêtre, le clerc, la religieuse à une récitation plus attentive et plus dévote de son office. Et si les fidèles ont la pieuse et louable curiosité de savoir une partie au moins de ce que les prêtres lisent dans leur bréviaire, ils pourront l’apprendre à l’aide de votre livre, et ce sera pour leur plus grande édification.

Agréez, mon Révérend Père, l’assurance de mon entier dévouement en Notre-Seigneur.

L.-N. Arch. de Québec.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©atelim.com 2016
rəhbərliyinə müraciət