Ana səhifə

Au sujet de l’affaire Thierry Meyssan


Yüklə 45.33 Kb.
tarix27.06.2016
ölçüsü45.33 Kb.
Au sujet de l’affaire Thierry Meyssan
et de l’idée de complot du gouvernement américain contre le siège du Pentagone
Par B. LISAN


1 Introduction sur la rumeur lancée par T. Meyssan 1

2 Interrogations 1

3 Les propres explications de l’auteur 2

3.1 Observation de 2 crashs : El Al et Varig 2

3.1.1 Crash du Boeing Cargo 747 d’El Al, à Amsterdam, du 4 octobre 1992 2

3.1.2 Crash du Boeing 737 de la Varig, le 11 juillet 1973, à Roissy 3

3.2 Les tentatives d’explications de l’auteur 3

3.3 Au sujet des feux d’aluminium 3

3.4 En conclusion partielle 4

3.5 Un tabouret, un ordinateur, un livre intact 4

3.6 Thèses « négationiste » et « auto-aveuglement intellectuel » 5

4 En conclusion provisoire 5

5 Annexe : Sources et biographies sur la rumeur 6

5.1 Sites, livres et articles sur la rumeur 6

5.2 Sites, livres et articles sur la réfutation de la rumeur 6




1Introduction sur la rumeur lancée par T. Meyssan

Le journaliste Thierry Meyssan _ Secrétaire national du Parti radical de gauche, Président du Réseau Voltaire pour la liberté d'expression ... _ a lancé, par son livre [1], la rumeur pour faire croire que la destruction d’une aile et de l’explosion d’un aéronef sur le Pentagone, ne seraient pas dues à des kamikazes et un crash du Boeing du vol d’American Airline 77, mais bien du à complot du gouvernement américain qui aurait fait crasher un missile sur le Pentagone.


Selon le livre 1 du « journaliste » français Thierry Meyssan, deux avions téléguidés se seraient écrasés sur les tours du World Trade Center et un missile se serait écrasé sur le Pentagone. Les attentats de New York et de Washington ne seraient qu'une mise en scène résultant d'un complot ourdi par un groupe militaro-industriel américain proche du président des Etats-Unis (et de la CIA). Il tire cette surprenante conclusion du faible nombre de débris d’avion observé sur les photos de l’impact, prises après le cash du Boeing 757 d'American Airlines (vol 77), sur le bâtiment du Pentagone.
Notons qu’un livre a déjà réfuté de la thèse de livre [6].

2Interrogations





  • En général, les zones militaires comme le Pentagone sont des zones protégées. Le périmètre aura donc du être vite sécurisé et les débris, s'ils en a eu, assez vite évacués (pour analyse). Donc on peut se poser légitimement quelques questions comme :

  • a) T. Meyssan n'étant pas sur place, comment a-t-il pu avoir une source d'information fiable, pour affirmer ce qu'il affirme concernant les photos prises ?

  • b) qui a pris les photos aériennes utilisées par Meyssan (un journaliste en avion léger, hélico ? l’armée ? Si c’est un journaliste a-t-il eu l’autorisation d’aller dans la zone CTR ? A-t-il « bravé » la CTR ?).

  • Quand ces photos ont-elles été prises (juste après le crash ? 1 jour après ?) ?

  • Il y a quand même eu des témoins voyant un avion se dirigeant vers le Pentagone.

  • l'avion d'American Airlines Flight 77 a bien disparu avec tous ses 59 passagers à bord. Comment expliquer cela aux familles des disparus ?

  • Qu’en est-il des enregistrements radars du vol AA 77 ?

Bref, en conclusion partielle, on peut se méfie :

1) de la fiabilité des sources de Meyssan,

2) du niveau scientifique d’expertise de T. Meyssan, lui-même n'étant pas un expert des crashs d’avions (en particulier dans le cas des collisions d’avions avec un immeuble).


D’autant que l’auteur de ce écrit n’a pas trouvé de journalistes nord-américains souscrivant aux thèses de Meyssan (en tout cas sur Internet).

3Les propres explications de l’auteur




3.1Observation de 2 crashs : El Al et Varig




3.1.1Crash du Boeing Cargo 747 d’El Al, à Amsterdam, du 4 octobre 1992

Lors l'accident du Boeing 747 Cargo d'El Al, à Amsterdam (+), Pays-Bas, il restait peu de débris dans la partie de l'immeuble qui s'est écroulé au niveau de l'impact (un peu comme pour le crash du Boeing 767, sur le Pentagone) _ voir ces photos ci-dessous.



On constate qu’approximativement, on ne voit pas d'appareil dans les débris et photos du crash ci-jointe. Pourtant il y a eu un immeuble éventré, avec 47 tués dans l'immeuble. Donc, si l'on voit rien sur les photos, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas eu crash du Boeing 747 ou du Boeing 767 sur le Pentagone. Il est certain que le feu a du être violent car l’avion était plein de kérosène et de flacons de parfums.
(+) Source : Aviation Safery Network : http://aviation-safety.net/database/1992/921004-2.htm

et 2nd source : http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/europe/263813.stm



3.1.2Crash du Boeing 737 de la Varig, le 11 juillet 1973, à Roissy



Un incendie s’était déclaré à bord du Boeing de la Varig (°) (à l'époque on a parlé de bombonne de gaz dans la soute, par la suite on a parlé d'un court circuit ou d'une cigarette mal éteinte, dans les toilettes). Une partie du plafond avait brûlé et avait totalement disparu (l’auteur croit que le pilote avait posé son avion, dans un champ, plusieurs km avant l'aéroport de Roissy).

On pouvait voir les photos de cet avion dans les journaux : il ne restait même plus les viroles, c’est à dire les poutrelles en forme d'anneau renforçant, transversalement, la structure de l'avion (Note : l’auteur n’a pu retrouver la photo. Mais dans son souvenir, une partie du toit avait effectivement disparu). (Donc source à vérifier).
(°) Source : http://aviation-safety.net/database/1973/730711-0.htm

3.2Les tentatives d’explications de l’auteur

Le Boeing 757-200 (plus petit qu'un 747) qui s’est écrasé sur le Pentagone, qui pesait près de 100 tonnes, était en vol depuis 1 h, donc il avait accumulé le maximum d'énergie cinétique et il devait peut-être être à 900 km / h, surtout s’il était en piqué (l’auteur pense que le pilote kamikaze savait peut-être que plus son avion irait vite, plus il ferait des dégâts sur le Pentagone. Seul les enregistrements radars pourraient confirmer cette hypothèse (?)).

Avec une heure de vol, les réservoirs de kérosènes sont encore plein et donc la chaleur résultante de l'explosion des réservoirs, alliée à une énorme énergie cinétique ont du fournir une source d’énergie cumulée énorme (bien > à 1000 °C).

Or à ces températures (plus de 1000 °C), l'aluminium même massif peut brûler et même s'enflammer tout de suite (il peut même s'enflammer déjà à 660 ° C), c'est pourquoi, selon l’auteur, il peut ne plus rien rester ou presque de la majorité de la structure de l’avion ou même de la majorité des débris de l'avion.



3.3Au sujet des feux d’aluminium

Ici l’auteur ne parle pas ici d'ébullition (ou de fusion) de l'aluminium mais bien de son inflammation (qui peut être obtenue avec une température beaucoup plus basse que 2000 °C).


Quand un véhicule accidentée en fer a été "carbonisé", la carcasse en fer devient général rouillée. Pour ce qui est de l’aluminium, le processus est différent : il peut brûler, même s’il est vrai que l'aluminium massif a énormément de mal à brûler en raison de 2 facteurs 2 :


  • la gangue protectrice d'oxyde d'aluminium _ recouvrant naturellement, tout bloc d'aluminium ou d’alliage d’aluminium tel que le Dural _, qui est un matériaux très réfractaire, et donc résistante à très haute température,

  • la très grande conductivité thermique de l'aluminium lui permettant d'évacuer rapidement la chaleur.

Mais dans certains conditions (température très élevée, même dès 660 °C, ou à cause de la présence d'oxygène 3 ...), l’aluminium peut brûler.


C'est la raison pour laquelle d’ailleurs, la soudure aluminium ne se fait jamais à l'air libre, mais sous atmosphère d'Argon (ou dans le passé sous vide).
L’auteur de cet article indiquait d’ailleurs la chose suivante à cet ami : « si tu touches un bloc d'aluminium, avec un tige de soudure à l'arc, tu risques de voir apparaître très vite, à l'endroit touché, une cavité fortement incandescente, risquant de s'accroître très rapidement, par auto combustion (même en retirant la tige de soudure d'où sort l'arc électrique). »

3.4En conclusion partielle

En conclusion partielle, Meyssan n’est pas ni un scientifique, ni un enquêteur spécialisé dans les accidents d'avion. Il ne s’est même pas rendu sur place pour enquêter et rencontrer les enquêteurs et tous les acteurs du drame. Il n’a contacté et discuté qu’avec la "National Transportation Safety Board" ou tous autres bureaux d’enquête sur les accidents, aux USA. Il n’a pas pris en compte et analysé toutes les hypothèses possibles pour expliquer le peu débris d’avion observé sur les photos du crash. Par exemple, les effets et l'énorme énergie thermique d'un feu d'aluminium ou de Dural, se produisant toujours à de très hautes températures. Celles-ci ont du atteindre certainement plus de 1000 °C au point d’impact, à cause de la combustion des 17 tonnes de kérosènes encore présentes dans l’avion du vol 77. Or un feu d'aluminium est très énergétique, pouvant consommer tout l'aluminium présent 4.



3.5Un tabouret, un ordinateur, un livre intact

Meyssan et ses adeptes parlent aussi d'un ordinateur, d'un tabouret en bois, d'un livre ouvert posé dessus qui seraient intacts et qu'on observe sur les photos du crash. « Preuve » que l’impact au Pentagone serait du à un missile. Mais que peut-on en déduire de ces derniers faits ? Rien, strictement rien. Car un feu est un phénomène très complexe, infiniment complexe.



3.6Thèses « négationiste » et « auto-aveuglement intellectuel »

Dans l’histoire, il y a eu souvent des thèses paranoïaques du complots (qu’on retrouve dans la série X-File). Ici nous avons affaire une thèse de type "négationniste", qui ici va dans le sens d’un courant "anti-américain" assez répandu dans les milieux intellectuels.


L’auteur de cette note craint que ce Thierry Meyssan _ qui a d’ailleurs employé de grands moyens publicitaires pour faire connaître sa thèse … en créant son site [3], et participant à une série de conférences autour du monde en particulier dans les pays arabes … _souffre du syndrome, de celui qui croit avoir une idée géniale, s'aveugle lui-même et qui ne veut plus en démordre (On voit aussi souvent cela dans le monde scientifique).

4En conclusion provisoire

Les effets de cet « ouvrage », traduit dans 28 langues, sont ravageurs. Dans les pays musulmans le livre a été malheureusement un best seller.


En Europe le livre a été très médiatisé, et en Allemagne, par exemple, une personne sur cinq croit que le gouvernement américain est lui-même est impliqué dans les attentats.
Dans le monde arabe ou plus de 70 % des arabes croient è la thèse de Meyssan, c’est à dire à celle du complot affirmant que le Pentagone s'est attaqué lui-même (pour discréditer les arabes). En Égypte, et dans tous les pays arabes une rumeur se répand comme une traînée de poudre : le Mossad serait impliqué dans les attentats et les quatre mille juifs qui travaillaient dans le World Trade Center auraient reçu le conseil de ne pas s’y rendre le jour des attentats.

Sinon, Montasser Al Zayad, avocat du Djihad et ami de al-Zawahiri, numéro deux d’Al Quaïda, confirme qu ‘Al Quaïda _ et non la CIA _ est bien l’origine des attentats 5 6.

Les hypothèses de Thierry Meyssan procèdent des théories conspirationnistes. Celui-ci fait de "l'infotainment", à savoir la confusion entre spectacle et information, au détriment de la Vérité.
Ceux qui lancent ce type de rumeurs n’ont pas consciences des dégâts intellectuels qu’ils peuvent provoquer. Les thèses de complots sont toujours dangereuses (comme celle du complot mondial juif ou bien d’autres), quand celles-ci ne reposent sur rien, ... Or c'est ici aussi le cas.
L’auteur de cet article n’est pas un expert mais pense qu’il faut d'abord consulter des experts avant de sortir je ne sais quelle théorie, et pire avant de l'affirmer péremptoirement sur la scène médiatique (un vrai scientifique serait très prudent, en tout cas beaucoup plus que M. T. Meyssan).
Sinon, l’erreur de raisonnement de Meyssan était d’affirmer que s’il n’y a pas d'avion dans les décombres, c’est donc qu’il y eu obligatoirement attaque de missile.

5Annexe : Sources et biographies sur la rumeur




5.1Sites, livres et articles sur la rumeur

[1] « 11 Septembre 2001 : L'effroyable imposture » de Thierry Meyssan, Editions Carnot (7 mars 2002), 240 pages.


[1b] Site de Thierry Meyssan sur son livre et thèse : www.effroyable-imposture.net/
[1c] Ce livre et sa thèse a provoqué une inflation de la rumeur partout dans le monde :

http://www.jutier.net/contenu/mouv482.htm
[2] Le site http://membres.lycos.fr/wotraceafg/etrange.htm dit :

"On a prétendu plus tard que la carcasse de l'appareil s'était "volatilisée" ou "évaporée" sous l'effet de l'extrême chaleur. Explication passablement abracadabrante quand on sait que l'alliage d'aluminium utilisé dans l'industrie aéronautique a une température d'ébullition d'environ 2500 degrés C. Or, le kérosène en combustion dégage une température bien inférieure et de toute manière, on nous dit que l'explosion s'est produite hors de l'édifice (voir la photo un peu plus bas sur cette page web :



<http://membres.lycos.fr/wotraceafg/etrange.htm?#photo_expl >).

Mais comme par magie, tout ce qui se trouvait autour du Boeing "disparu en fumée" est demeuré à l'état solide et il a été possible, paraît-il, d'identifier les victimes, y compris celles qui se trouvaient dans l'avion désintégré ! Les gars qui ont mis au point cette fabuleuse technique d'analyse de l'ADN "gazeux" sont assurés d'avoir le prochain Prix Nobel..."
[3] D’autres sites sur la rumeur : a) propos du Pentagone :
http://www.asile.org/citoyens/numero14/missile/trou_fr.htm
b) à propos du trou :
http://www.asile.org/citoyens/numero13/pentagone/erreurs.htm

http://www.asile.org/citoyens/numero14/missile/temoins_fr.htm
[4] http://www.asile.org/citoyens/numero14/missile/missile_fr.htm (selon cet article, le trou serait du à un missile).

5.2Sites, livres et articles sur la réfutation de la rumeur

[5] Site contre les sectes et rumeurs : www.prevensectes.com/meyssan.htm


[6] "L’effroyable mensonge, Thèse et foutaises sur les attentats du 11 septembre"

Editions La découverte, Juin 2002, de Guillaume Dasquié (+) et Jean Guisnel (++).


(+) Guillaume Dasquié : Rédacteur en chef de la lettre géopolitique Intelligence Online,

enseignant à l’université de Marne-La-Vallée.


(++) Jean Guisnel : Grand reporter au Point et professeur associé à l’Ecole spéciale militaire et aux écoles de Coëtquidan. Spécialiste des questions de défense et de renseignement.
[7] Journal "Libération" : « L'effroyable escroquerie 1) Meyssan, une dérive conspirationniste mystérieuse » par Edouard Launet :

http://www.liberation.fr/quotidien/semaine/020330-000004111LARU.html
[8] http://www.hoaxbuster.com/dossiers/detail.php?idDossier=3193
[9] « L’imposture est dans la rumeur, 11 septembre 2001. Aucun avion ne serait écrasé sur le Pentagone … » de Renaud Marhic, page 24, Sciences et Pseudo-sciences, n°252, Mai 2002 (revue éditée par l’AFIS, 14 rue de l’Ecole Poly-technique, 75005 PARIS, émail : afis@spsafis.org site : www.spsafis.org ).

1 Thierry Meyssan , 11 septembre 2001, l’effroyable imposture, aucun avion ne s’est écrasé sur le pentagone, Ed. Carnot, 2002.

2 « Bien que l'aluminium brut ait un point de fusion de 660° alors que la température en cas d'incendie est beaucoup plus élevée, les fenêtres et les portes en aluminium semblent bien résister à un incendie. Cela découle du fait que l'aluminium n'assimile pas localement la chaleur qui apparaît pendant un incendie contrairement à d'autres matériaux, mais l'évacue très rapidement en raison de sa grande conductibilité. »

Source : http://www.rcsystem.com/belgium/faq_bf.html

Les feux d'Aluminium sont très difficiles à éteindre : il y a en déjà eu dans des fonderies d'Aluminium et en général, on ne peut rien faire contre, parce qu'ils sont terriblement énergétiques comme les feux de sodium et ils peuvent s'alimenter, même en absence d'oxygène, grâce à l'apport de gaz carbonique. Donc inutile d'éteindre un feux d'Aluminium, avec de la neige carbonique. Seules certaines poudres d’extincteurs peuvent avoir de l’effet sur ces feux.


3 ce qui a conduit le gouvernement français à interdire les bouteilles d'oxygène en aluminium,

Source : http://agmed.sante.gouv.fr/pdf/10/m301199_c.pdf



http://www.secourisme.net/article105.html

4 Combustion produisant de la poudre d’alumine.

5 La société parano : Théories du complot, menaces et incertitudes, Véronique Campion-Vincent, Payot, 2005.

6 Vie et mort des croyances collectives, Gérald Bronner, Paris, Hermann, 2006.


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©atelim.com 2016
rəhbərliyinə müraciət